Sophie Boyer, fondatrice de Conscience dauphins

Née au bord de l’océan, Sophie Boyer s’est passionnée pour le surf dès l’âge de 15 ans. C’est à travers ce sport qu’elle voyagera et naviguera dans le monde entier.

En 1996 au cours d’un voyage au Costa Rica, elle rencontre les dauphins pour la première fois, elle raconte : « J’ai eu le bonheur de partager longuement leur compagnie merveilleuse. Je restais immobile auprès d’eux les regardant évoluer avec grâce et jouer tout en se nourrissant. Ils dansaient autour de moi, d’abord de façon discrète, m’observant et me traversant de part en part avec ce quelque chose qui leur permet de savoir exactement à qui ils ont à faire. 
Je percevais les ondes de leur sonar, cet instrument d‘écholocation, et je me sentais de plus en plus ouverte, libre et proche d’eux.
 Ils se rapprochèrent et m’entourant, ils m’intégrèrent à leur danse. Cela dura longtemps, puis, sur les six qu’ils étaient, cinq disparurent et il n’en resta qu’un qui
 évolua à mes côtés jusqu’à me faire face, proche de mon visage à presque le toucher. Et je rencontrai son regard, ce regard magnifique, ce regard miroir, ce regard intense».

Cette découverte éveilla en elle le désir de rencontrer des dauphins pour mieux les connaître, comprendre qui ils sont, comment ils vivent, comment ils communiquent entre eux et aussi comment communiquer avec eux. Au fil de ses nombreuses rencontres, l’impact positif des dauphins sur l’humain s’imposa à elle comme une évidence.

 

En 2001, Sophie Boyer fonde l’association Conscience dauphins pour partager ses expériences avec les dauphins, faire le lien entre humains et dauphins et créer une conscience collective désireuse de protéger et respecter la vie des cétacés.

Son but, sensibiliser les personnes par le biais de l’émotion unique qui jaillit de cette rencontre.

Sophie Boyer a exploré de nombreux lieux sur la planète à la rencontre des cétacés. Elle intervient parfois en tant que conseil auprès de réalisateurs, caméraman ou collabore avec des chercheurs.

Après 12 ans d’une véritable proximité avec les dauphins, elle a acquis une expertise qui lui permet aujourd’hui de percevoir quelles seraient les priorités d’actions à mener pour préserver et protéger les cétacés…